Sur un peu moins de 2.000[1] mosquées dénombrées en France, près de 400 sont administrées par la communauté turque. Ce sont les fameuses « mosquées turques ». Organisées sous forme de fédérations, toutes les mosquées turques ne sont pas toutes affiliées les unes aux autres. De toutes ces fédérations, celle qui compte le plus de mosquées est le Ditib. Dans cet article, Assurance Mosquée .Fr vous fait découvrir DITIB Strasbourg et son implantation à Strasbourg.

[1] Les salles de prières et les foyers n’ont pas été pris en compte dans ce calcul

 Mosquée Sehitlik de Berlin, affiliée au Ditib

 

DİTİB, L’UNION TURCO ISLAMIQUE DES AFFAIRES RELIGIEUSES

 

DİTİB est l’abréviation de Diyanet İşleri Türk İslam Birliği, qui signifie l’Union Turco Islamique des Affaires Religieuses. En turc, on écrit DİTİB et non pas DITIB, pour la simple et bonne raison que l’alphabet turc adapté aux caractères latins distingue les lettres « i », avec un point, et « ı », sans le point. Le point sur le i n’étant pas courant sur les lettres majuscules en Occident, les communautés turques en Europe préfèrent écrire Ditib ou Diyanet lorsqu’ils évoquent les mosquées de cette fédération.

Cette organisation se rattache au ministère des Affaires religieuses de la République de Turquie, le Diyanet İşleri Başkanlığı. Cette structure est l’équivalent turc du ministère des Awqaf ou des Habous que l’on retrouve dans de nombreux pays musulmans. Autrement dit, les mosquées du Ditib sont donc les mosquées rattachées à l’Etat turc.

Fondé en Allemagne en 1984, le Ditib est une organisation qui comprend plusieurs directions. La Direction des Relations Publiques qui chargée des relations avec les médias et le grand public ainsi que des différentes publications et traductions. Toujours dans ce rôle diplomatique, le Ditib compte une Direction des Relations Extérieures, chargée quant à elle des relations avec les organisations religieuses, les acteurs institutionnels, et les organisations non-gouvernementales.

Le Ditib compte également une Direction des Services d’Orientation et d’Inspection. Un de ses buts est de veiller à la  coordination des associations. Egalement une Direction des Services Religieux et des Pratiques d’Education Religieuse, à qui revient la charge de l’élaboration et la dispense de programmes d’éducation religieuse ainsi que le pilotage des services religieux. Egalement dans ce volet religieux, le Ditib dispose d’une direction dédiée à l’organisation du Hajj et de la ‘Omra.

Le Ditib joue un rôle de premier ordre sur l’éducation. Ainsi, on remarque la présence d’une direction dédiée à la recherche et à l’Education : la Direction de l’Education, de la Recherche et des Services de Publication. Celle-ci met en place et développe des programmes de formation, produit du travail académique, coordonne l’éducation religieuse, gère les affaires étudiantes et de l’aide à l’apprentissage.

Très actif d’un point de vue social, le Ditib dispose d’une Direction des Femmes, de la Famille, de la Jeunesse et des Services Sociaux. Il a également mis en place depuis 1992 un fond d’obsèques pour le rapatriement et le service funéraire des citoyens turcs décédés en Europe.

Le Ditib est très implanté dans la diaspora turque. En Allemagne, où réside le siège européen du Ditib, celui-ci supervise plus de 900 lieux de cultes. Ces établissements, ouverts à tous, vont de la simple salle de prière à la Grande Mosquée Centrale de Cologne.

La fédération du Ditib compte un peu plus de 270 lieux de culte en France. Cela signifie que deux mosquées turques sur trois dans l’hexagone sont reliées au Ditib.

En France, le Ditib se répartis autour de quatre zones régionales : Paris, Lyon, Strasbourg, et tout récemment Bordeaux.

Intérieur de la mosquée Centrale de Duisburg en Allemagne, affiliée au Ditib

Ditib Strasbourg et la diaspora turque alsacienne

 

On observe en Alsace une très forte communauté turque. En effet, selon les différentes études menées, un turc sur six en France réside en Alsace. D’ailleurs, les Turcs représentent le premier groupe national étranger en Alsace : un étranger sur cinq en Alsace est de nationalité turque. En cumulant les Turcs et les franco-turcs, la communauté turque alsacienne atteint les 100 000 membres. Arrivés dans la région suite à la signature de l’accord bilatéral de main-d’œuvre entre la France et la Turquie en 1965, les Turcs ont construit de nombreuses mosquées.

C’est à Strasbourg que le siège régional du Ditib est installé. Ses ramifications dans le Bas-Rhin, s’étendent à Haguenau, à Molsheim, à Saverne, à Sélestat, ou encore à Wissembourg, Bischwiller, Sarre-Union, et Erstein. Dans le Haut-Rhin, le Ditib est implanté à Colmar, à Altkirch, à Sainte-Marie-aux-Mines, à Mulhouse ou encore à Saint Louis, totalisant 22 mosquées sur les seuls départements d’Alsace.

Intérieur de la mosquée Yunus Emre de Bischwiller, dans le Bas-Rhin

Le champ d’action de Ditib Strasbourg s’étend également à la Lorraine, aujourd’hui incorporée dans le Grand Est. La Lorraine est la deuxième destination des Turcs en France après l’Alsace. L’ancienne région abrite également une grande concentration de mosquées affiliées au Ditib puisqu’elle en compte 35. Des vallées vosgiennes aux anciens sites industriels, en passant par les grands centres urbains, le Ditib est présent. Les mosquées étoffent le patrimoine religieux de cette région par leur architecture singulière, liant souvent celles des bâtiments préexistants aux coupoles et minarets qui rappellent Istanbul. D’autres ont été construit en respectant dès la première pierre la symbolique islamique ottomane.

Parmi ces mosquées, celle de Farebersviller est sans doute la plus remarquable. En plus d’être bâtie selon l’architecture traditionnel, le minaret de la mosquée cohabite en harmonie avec le clocher du village.

Mosquée de Farebersviller vue de son minaret

Ditib Strasbourg est également présent en Bourgogne-Franche-Comté où il dispose de 24 lieux de culte. Certaines mosquées sont étroites et sont en cours de remplacement, comme la mosquée Selimiye de Valentigney.

Projet de complexe islamique Selimiye de Ditib Valentigney, dans le Doubs

Enfin, Ditib Strasbourg compte trois mosquées en Haute-Marne, situées respectivement à Langres, Saint Dizier et Joinville.

Le Ditib Strasbourg porte également un projet éducatif. Il a ainsi inauguré pour la rentrée 2015 le premier lycée musulman d’Alsace, le lycée privé Yunus Emre, devenu depuis le Groupe Scolaire Yunus Emre suite à l’ouverture d’une section collège l’année suivante. Ditib Strasbourg porte également le projet d’une faculté de théologie musulmane.

Entrée du Groupe Scolaire Yunus Emre à Strasbourg, Haut Rhin

A l’heure où ces lignes sont rédigées, Ditib Strasbourg supervise la gestion de 71 lieux de culte. Pour en savoir plus sur ces mosquées (adresse, téléphone, etc.), ne manquez pas de visiter leur site.

ASSURANCEMOSQUEE.FR, LA PARTENAIRE N°1 DES MOSQUEES DE FRANCE

 

Assurancemosquée.fr travaille main dans la main auprès de nombreuses mosquées affiliées à la fédération du Ditib. Nous sommes heureux que nos différents contrats spécialement conçues à destination des activités du culte musulman leur permette d’économiser jusqu’à 30% sur leur cotisation annuelle.

Vous êtes gestionnaire d’une association cultuelle musulmane ?

  

Découvrez assurancemosquee.fr,

Le leader de l’assurance des mosquées de France.

Praesent mi, vulputate, commodo ut tristique elementum

Partagez cette publication avec vos amis !