Marseille peut se vanter d’être unique au monde. Du haut de ses 2.600 ans d’histoire, le cité phocéenne est un livre d’histoire à ciel ouvert. Un palimpseste où chaque culture l’ayant traversé a laissé sa trace. Ouverte sur le monde méditerranée, elle compte ainsi une des plus grandes communautés musulmanes de l’Hexagone. Une communauté engagée, comme l’illustre le paysage du milieu associatif marseillais. Focus sur une association musulmane de Marseille, le Centre musulman de Marseille.

Les musulmans à Marseille, une histoire ancienne

L’histoire de l’Islam dans la cité phocéenne est millénaire. En effet, depuis l’Antiquité elle est une porte s’ouvrant sur les dynamiques méditerranéennes. Des dynamiques économiques, sociales, mais également politiques et religieuses. Ainsi, entre le VIIIème et le XIème siècle, Marseille est un enjeu entre deux puissances émergentes. Les Francs d’une part, venus du Nord. Les Musulmans d’autre part, venus d’Espagne.

Durant la période moderne, il n’est pas rare de croiser des commerçants musulmans venus d’Afrique du Nord dans l’actuel Vieux-Port. On y croise également des capitaines dits « barbaresques » qui viennent discuter avec l’élite marseillaise. Enfin, on trouve aussi de nombreux esclaves musulmans s’usant dans l’Arsenal des galères. Pour ceux-là, les autorités consacrent un lieu pour leur inhumation. C’est le premier cimetière musulman de Marseille, aujourd’hui disparu.

Les musulmans pouvaient également prier dans un édifice qui devint donc la première mosquée de Marseille. Celle-ci existe d’ailleurs toujours, bien que ses pierres aient été déplacées. C’est la fameuse mosquée des Galériens Turcs, visible non loin du stade Vélodrome.

Quel est le nombre de musulmans à Marseille ?

Les textes d’archives montrent qu’il y a, depuis le XVIIème siècle au moins, une minorité musulmane. Il s’agissait essentiellement de négociants des pays dits “barbaresques” et de leurs subalternes. Mais également des esclaves musulmans mis en chaîne aux galères.

Durant la période coloniale, la cité phocéenne voit affluer les premières immigrations massives en provenance du monde musulman. Ainsi en 1896, une soixantaine d’Abyssins musulmans y célèbrent la fin du Ramadan.

Au début du XXème siècle, on compte donc une communauté musulmane importante dans la ville. Les autorités n’en dénombrent pas moins de 2.000 en 1912, 15.000 en 1929 et 20.000 en 1937.

Ainsi, en 1917, la Chambre de Commerce et d’Industrie songe à installer un « village kabyle » dans les environs. Vingt ans plus tard, c’est l’idée d’une véritable mosquée qui germe dans les esprits. En 1945, on y inaugure le cimetière musulman de la ville.

Aujourd’hui, Marseille compterait entre 250 et 300.000 musulmans. Que de chemin parcouru.

Le Centre Musulman de Marseille : Une association complète

L’association musulmane à Marseille qui présente sûrement le projet le plus développée est sans aucun doute le Centre Musulman de Marseille. Lieu de culte, établissement confessionnel, espaces de vie et de dialogue… Tout y est pour l’épanouissement de la communauté musulmane au sein de la cité.

La mosquée Maryam

Le Centre Musulman de Marseille, ou CMM, incarne l’ancrage des musulmans dans le paysage marseillais. En effet, la municipalité  ne compte pas encore de Grande Mosquée. Cependant le CMM, situé boulevard Viala, en joue le rôle.

Ainsi, le centre musulman met à disposition des fidèles un lieu de culte : la mosquée Maryam. Elle tient son nom de Marie, mère de Jésus-Christ dans la tradition islamique. En effet, l’Islam reconnait le caractère sacré et chaste de Marie. À ce titre, on distingue 34 mentions du nom de Marie, Maryam en arabe, dans le Coran. Soit plus que dans l’Évangile où on ne retrouve son nom que 19 fois. La narration du récit de Maryam apparaît dans 5 sourates différentes. Par ailleurs, une sourate du Coran porte son nom. Il s’agit de la sourate 19. La sourate Maryam.

Le fait de nommer une mosquée du nom d’une figure emblématique commune aux religions chrétienne et musulmane n’est pas anodin. En effet, le CMM démontre par ce choix la volonté de s’inscrire dans le vivre-ensemble et l’ouverture.

Située dans l’aile Ouest du bâtiment, la mosquée Maryam dispose d’une capacité de 800 fidèles. Sa construction est le fait des fidèles ainsi que des habitants du quartier. Mais également de la générosité de commerçants et de sympathisants de toute la France.

Un joyau architectural de la cité phocéenne

Afin de renforcer le caractère cultuel de l’édifice, les Croyants ont mis l’accent sur l’esthétique intérieure. En effet, le lieu de culte renferme un important travail artisanal témoignant de l’héritage architectural des rives de la Méditerranée.

Ainsi, des artistes se succédèrent pour confectionner des pièces uniques. De ce travail  minutieux on retrouve le plafond. Celui-ci présente un travail au stuc effectué par deux artisans d’origine tunisienne et marocaine.

De même, on retrouve la trace de cette minute dans le mihrab. La niche depuis laquelle l’imam officie laisse en effet apparaître un ouvrage fait de pierres sculptées en Tunisie.

Enfin, les huisseries ont été ouvragées au Maroc ainsi qu’à Marseille par un artisan marocain.

Ces pièces uniques confèrent à la mosquée Maryam un caractère inédit. Dans nulle autre mosquée de la région ce savant alliage de savoir-faire des pourtours de la Mare Nostrum peut s’apprécier.

Plus qu’un rapprochement entre deux rives, la mosquée Maryam est également un rapprochement entre deux époques. L’héritage arabo-andalous mêlé à la modernité industrielle en fait une passerelle entre deux mondes, deux époques. Une prouesse adccomplie par l’association musulmane de Marseille gérant les lieux.

Ceux qui y pénètrent trouvent repos, quiétude ainsi que sérénité. 

Le Collège ibn Khaldoun, pour préparer la Oumma de demain

La tradition musulmane accorde une place prépondérante à l’éducation. Aussi, le Centre Musulman de Marseille accueille en ses murs le Collège Ibn Khaldoun. Il s’agit du premier établissement confessionnel musulman de Marseille. Mais également des Bouches-du-Rhône et de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Cet établissement sous contrat avec l’État a ouvert ses portes en 2010. Pour la rentrée 2020, il scolarise 289 élèves dans 13 classes différentes. En pleine expansion, l’établissement dispose depuis septembre 2020 d’un nouveau bâtiment. Celui-ci accueille désormais cinq salles de classe, des laboratoires scientifique et technologique, un auditorium, ainsi qu’une salle informatique.

Surtout, le nom de l’établissement n’a rien d’anodin. En effet, il porte le nom d’un éminent penseur du XIVème siècle : Ibn Khaldoun. Ce personnage de cour fut historien, économiste, ou encore géographe. On le considère à l’heure actuelle comme le précurseur de la sociologie moderne. Son œuvre s’intéresse tant à l’histoire des peuples qu’aux mécanismes des États.

Par ce choix, l’association musulmane qui porte ce projet à Marseille a fait un excellent choix. Celui d’allier le savoir et l’excellence, tout en puisant dans le puit intarissable des références islamiques.

Une association musulmane de Marseille assurée par Assurancemosquee.fr

Assurancemosquee.fr est le leader de l’assurance des lieux de culte musulmans en France. Nous assurons les :

  • Mosquées,
  • Salles de prière,
  • Centre culturels,
  • Associations musulmanes,
  • Établissements confessionnels.

 

Choisissez le leader de l’assurance des mosquées de France !

Partagez cette publication avec vos amis !